Vous êtes ici

LES CHAPELLES ROYALES EN EUROPE

CREATION MODERNE MONDIALE

 

PROJET TRANSFRONTALIER ALLIANT L'ENSEMBLE ANTIPHONA ET L'ORQUESTRA BARROCA CATALANA DE BARCELONE

Afin d'illustrer le lien frontalier entre la France et l'Espagne, ANTIPHONA et l'ORQUESTRA BARROCA CATALANA ont choisi des compositeurs emblématiques de l'aube du siècle des Lumières, puis de l'élargir à l'Europe ne retenant que ce qui se faisait de mieux en termes de musique baroque de l'époque. Le programme choisi doit montrer comment ces musiques communiquent entre elles, grâce notamment aux voyages des compositeurs et des interprètes à travers l'Europe, dans le respect constant des traditions musicales de leurs pays respectifs.

En effet, la musique, au même titre que l'architecture, les arts visuels, la mode, le luxe, est un des vecteurs privilégiés de la communication des grands rois et des grandes cours européennes. Tout événement important doit donner lieu à une fête magnifique. Et une fête somptueuse ne peut se concevoir sans ornements tels qu'une musique éclatante. Tous les plus grands compositeurs de cette période ont travaillé à la cour d'un grand roi et, en particulier, à la Chapelle Royale, l'essentiel des compositions reposant en effet sur les textes sacrés.

Cette époque était donc une époque faste pour la musique car elle pouvait bénéficier d'un mécénat quasiment illimité de la part des "Grands" dont elle chantait la gloire à la Cour, mais aussi dans tout le pays et jusqu'au-delà des frontières. Elle est partie intégrante de la vie dans toutes les couches de la société. Elle est un moyen d'exprimer tous les états d'âme et de toucher l'affect.

Le programme retenu mettra donc en valeur un compositeur de la Chapelle Royale de France, Marc-Antoine Charpentier, un compositeur Catalan récemment redécouvert, et élargira ensuite sur un compositeur brillant mais mal connu de la Chapelle Royale de Dresde, le Tchèque Jan Dismas Zelenka. Ce dernier a travaillé en particulier pour Maria-Josepha de Habsbourg, mère de Maria-Amalia. Cette dernière épousera à Dresde en 1738, Philippe de France (petit fils de Louis XIV), futur roi d'Espagne. Zelenka composera des musiques pour ce mariage. Zelenka permet ainsi de faire le lien entre la France et la Catalogne

Il reprendra des œuvres CONNUES comme le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier dont le prélude est devenu l'emblème de l'Eurovision, ou plus RARES comme Flos Carmeli de Francesc Valls, ou encore totalement INEDITES comme la messe ZWV 9 de Zelenka.

Cette création transfrontalière a reçu le soutien de la Région Midi-Pyrénées, au travers de son programme de collaboration culturelle transfrontalière.

 

LE PROGRAMME

Marc-Antoine CHARPENTIER (1603-1704)

Te Deum H.146

Francesc VALLS (1665-1747)

Flos Carmeli – Motet

Jan Dismas ZELENKA (1679-1726)

Missa Corporis Domini ZWV 9 en Création Moderne Mondiale
 

Ecouter des extraits de concert

 

LES ŒUVRES et LEURS AUTEURS

 

Marc-Antoine CHARPENTIER : Te Deum H. 146

Né à Paris en 1643, Marc-Antoine Charpentier voyagera en Italie, ou il entrera en contact avec le style italien, et sera l'un des rares en France (avec Mondonville), à aborder l'Oratorio.

Profitant de la brouille de Molière et Jean-Baptiste Lully, il composera des musiques pour les comédies-ballets du premier. L'échec de son opéra Médée sera déterminant : à compter de ce jour, il se consacrera à la musique religieuse.

En 1688, il est employé par les jésuites à Paris et devient maître de musique du collège Louis-le-Grand puis de l'Eglise Saint Louis rue Saint-Antoine. C'est à cette époque qu'il composa la majeure partie de son œuvre sacrée. En 1698, il sera nommé maître de musique des enfants de la Sainte Chapelle du Palais.

Ce « Te Deum », composé pour solistes, chœur et orchestre, a probablement servi à célébrer une des nombreuses victoires militaires de Louis XIV au début des années 1690, peut-être celle de Steinkerque, le 3 août 1692. L’œuvre obéit aux principes du grand motet français avec récits pour voix seule, petits ensembles, chœur et orchestre.

Le fameux prélude qu’on entend au début de l’Œuvre présente une forme en rondeau et est devenu, des siècles plus tard, l’indicatif de l’Eurovision.

 

Francesc Valls : Flos Carmeli

Compositeur catalan, Francesc Valls commence en tant que maître de chapelle de l’église paroissiale de la ville de Mataró, puis il devient celui de la cathédrale de Girona, et enfin de la cathédrale de Barcelone.

Il est un musicien à la technique très complète comme le prouve son oeuvre Mapa armónico : Breve resumen de las principales reglas de la música.

Il est considéré comme le musicien catalan le plus influant de son époque, très au fait des tendances musicales en France, Italie et Allemagne.

Il écrit une trentaine de messes parmi lesquelles la plus connue : Misa Scala Aretina introduit une dissonance de deuxième mineur, provocant un schisme au sein du monde de la musique espagnole.

Il écrit également plusieurs motets, dont Flos carmeli, douze psaumes, douze Magnificat, de nombreux oratorios, un Salve Regina, un Miserere et plus de cent villancicos, soit un total d'environ 380 œuvres.

 

Jan Dismas Zelenka : Missa Corporis Domini ZWV 9

Né à Launowitz (Lounovice) en Bohême, Jan Dismas Zelenka est le fis d'un organiste et cantor de l'Eglise de Launowitz. Il accomplit sa scolarité au collège des jésuites près de Prague (Clementium).

En 1709, il est contrebassiste du comte J. L. von Hartig à Prague, poste clé pour maîtriser la basse continue, technique de composition majeure à l'époque, puis en 1710 à la chapelle royale de Dresde.

Il étudie à Vienne auprès de Johann Josef Fux puis en Italie. En 1721 il est vice maître de chapelle à la cour de Frédéric Auguste II (Auguste le Fort) à Dresde. Il est ensuite nommé directeur de la musique d'église et Johann Adolf Hasse, plus italianisant, dont la musique est plus au goût de la cour, devient le nouveau maître de chapelle.

Apprécié par Bach et Telemann, sa musique, tombe rapidement dans l'oubli. La cour interdit d'ailleurs l'exécution de ses œuvres.

Il laisse des  oratorios et des cantates sacrées, le mélodrame De Sancto Venceslas Sub olea pacis (composé en 1723 pour le couronnement de Charles VI à Prague), des œuvres religieuses dont 22 messes, quelques Requiem, un Magnificat (copié par Friedmann Bach), des hymnes et des psaumes, des œuvres de musique de chambre dont 6 Sonates pour 2 hautbois et basson ; 5 Caprices pour cordes et vents : Sinfonia, Concerto, Ouverture et Hypochondria pour 7-8 instruments concertants. Il n'existe pas de portrait de Zelenka (souvent confondu avec le portrait de Fux).
Datée d'environ 1727, cette Messe est totalement inédite. En effet, le manuscrit autographe a disparu de Dresde en 1945. Il n'existe pas de partition publiée, et aucun enregistrement n'en a jamais été effectué

Heureusement, une copie complète a été retrouvée à Berlin, effectuée par Harrer, un élève de Zelenka.

Le titre Corporis Domini correspond à l'octave du Corpus Christi, c'est à dire la Fête-Dieu ou du Corps du Christ, avec son cortège de procession. L'orchestration comprend 4 trompettes et une timbale, Il s'agit donc d'une messe destinée à une fête importante de la cour royale, seule catholique à cette époque.

Œuvre charnière du milieu de sa vie, elle est un exemple du style mixte, mélange d'ancien contrepoint savant (fugues), et de nouveau style galant provenant d'Italie et en particulier de l'opéra.

D'autres œuvres peuvent compléter la liturgie comme la Litaniae de Verenabili Sacramento, et un Te Deum à la fin