Vous êtes ici

Un concert inédit après trois siècles d'oublis

Dimanche, 6 Avril, 2014

Le Ruthénois

C'est un concert inédit que proposait le Conservatoire à rayonnement départemental de l'Aveyron, samedi 5 avril, en l'église St Amans de Rodez. Composée en 1723 par Jan Dismas Zelenka, cette «Missa Sanctis Spiritus» était interprétée pour la première fois, après être tombée dans l'oubli depuis près de trois siècles.
Fils d'organiste, Jan Dismas Zelenka naît en Bohême en 1679. Il accomplit sa scolarité chez les Jésuites, près de Prague. En 1709, il est contrebassiste du comte J.L. von Hartig à Prague, puis à la chapelle royale de Dresde. Il part ensuite étudier la musique à Vienne et en Italie. Successivement vice maître de chapelle à la cour de Frédéric Auguste II, directeur de musique d'église, puis maître de chapelle, il demeure à Dresde jusqu'à la fin de sa vie. Il laisse des oratorios et des cantates sacrées. Apprécié par Bach et par Telemann, sa musique tombe rapidement dans l'oubli. La cour interdit d'ailleurs l'exécution de ses œuvres.
L'ensemble de l'œuvre de Zelenka avait été précieusement mise à l'abri puis totalement perdue jusqu'à ce que des musicologues allemands retrouvent certains manuscrits. Interpelés par la qualité de ces œuvres, Rolandas Muleika et Arnaud Debayeux ont décidé de retranscrire la Missa Sancti Spiritus ZWV 4 et de la créer.

Cette œuvre était interprétée par le chœur et l'orchestre du conservatoire de l'Aveyron, accompagnés de solistes de l'ensemble vocal professionnel Antiphona, sous la direction de Rolandas Muleika. Elle a été reprise le dimanche en l'église de St-Geniez-d'Olt et ovationnée par le public.