Vous êtes ici

PELEGRINUS

Un pèlerinage musical

Une manière originale de raconter l’histoire d’un des plus célèbres pèlerinages au monde : celui de Saint-Jacques de Compostelle. Dès la naissance du pèlerinage au IX° siècle et jusqu’à nos jours, le chemin de Saint-Jacques fait parti de notre patrimoine, classé par l'Unesco comme patrimoine de l’humanité. Notre région est riche des chemins qui mènent vers Santiago. Plusieurs églises les jalonnent et témoignent à travers leur architecture et leurs œuvres d’art de l’accueil et du recueillement qu’elles réservaient aux pèlerins de tous horizons. La musique faisait partie de cet univers merveilleux, voir mystique, du voyageur. Il est probable que chaque être humain soit appelé à réaliser au moins un pèlerinage dans sa vie. Mais peut-être nombre d'entre eux l’ont-il déjà réalisé sans le savoir …

La musique ponctue le chemin à travers diverses célébrations religieuses. Les hymnes et le chant psalmodié structurent le pas du marcheur. Et pourtant nous n’avons pas beaucoup de musiques dédiées à cette circonstance.

 Le seul livre qui contienne des œuvres musicales notées est le livre officiel de Saint-Jacques de Compostelle  "Liber Sancti Jacobi" ou "Codex Calixtinus". Ce manuscrit, copié vers 1139, est l’un des souvenirs les plus prestigieux de la renaissance artistique et musicale au XII° siècle. Arrivés au terme du voyage, les pèlerins exprimaient leurs joies et leurs espoirs dans un répertoire musical varié qui était à la fois témoin des richesses du passé, et enrichi de "moderne" embellissement.

L’idée de ce programme est de recréer ces ambiances si particulières à chaque étape du chemin à travers les différentes époques de l’histoire de la musique. Imaginer l’univers intime du pèlerin après des mois d’aventure et parfois de tourments, et le bonheur d’être parvenu au tombeau de l’apôtre :

   "Contempler les chœurs de pèlerins en perpétuel état de veille, au pied du vénérable autel de Saint-Jacques, procure joie et émerveillement (…) Les uns jouent de la cithare, d’autres de la lyre, du tympanon, de la flûte (…) de la harpe, de la vielle, de la rote britannique ou gauloise, d’autres encore ont des cithares ou chantent en s’accompagnant de divers instruments." Liber sancti Jacobi (XII° siècle).

 

Programme :

 

"In exit Israel" tonus pregrinus
"Dum Pater familias" hymne de Codex Calixtinus XII° s.
"Psallat vox ecclesie" conduit de Codex Calixtinus XII° s.
"Exultantes in part virginis" hymne en faux-bourdon Manuscrit du Puy XVI° s.
"Beata viscera" conduit de Perotin le Grand XII° s.
"Cunctipotens genitor" organum melismatique de Codex Calixtinus XII° s.
"Adoramus te" Giovanni Battista Riccio (?-1621)
"Iste Confessor" Claudio Monteverdi (1567-1643)
"Salve Regina secondo" Claudio Monteverdi (1567-1643)
"Ave maris stella" Claudio Monteverdi (1567-1643)
"Gaudens gaudebo" Alessandro Della Ciaia (1650)
"Alma Redemptoris Mater" Natale Monferrato (1603-1685)
"Salve Regina" antienne cistercienne
"Salve Regina" José de Torres (1665-1738)
"O Magnum Mysterium" Adrian Willaert (+ 1562)
"Lauda Sion Salvatorem" Marc-Antoine Charpentier (1645-1704)
"Regina cœli" Marc-Antoine Charpentier (1645-1704)
"Me expectaverunt peccatores" Marc-Antoine Charpentier (1645-1704)
"Stabat mater" Marc-Antoine Charpentier (1645-1704)
"Domine salvum me" Louis-Nicolas Clérambault (1676-1749)

 

Distribution

 

Ensemble Antiphona

Voix et orgue

 

Direction : Rolandas Muleika